Modes d'emploi
Dans le très brillant parcours artistique d’Akram Khan, chorégraphe britannique d’origine bangladaise, deux axes traversent assez nettement ses
Dans le très brillant parcours artistique d’Akram Khan, chorégraphe britannique d’origine bangladaise, deux axes traversent assez nettement ses spectacles : la revendication affirmée de sa double culture orientale et occidentale et l’exploration des mythes anciens et des récits porteurs de pensées et de valeurs collectives. \nC’est en transposant un épisode central de L’Épopée de Gilgamesh - récit mythique venu de la Mésopotamie des XVIIIe et XVIIe siècles avant J.-C. sur la condition humaine et ses limites - celui où Gilgamesh et son compagnon Enkidu arrivent dans la forêt des cèdres sacrés pour les abattre et tenter de devenir immortels, que le chorégraphe adresse à ses contemporains un signal d’alerte sur le rapport qu’ils entretiennent avec la nature, dont ils sont devenus à la fois les bourreaux et les victimes. \n\nEn réunissant sur le plateau six interprètes d’âge, de sexe, d’origine et de pratique chorégraphique différents, Akram Khan fait de ces corps dansants la mémoire vivante de pratiques anciennes unies pour créer une nouvelle communauté porteuse d’espoir.\n\nPlusieurs représentations sont prévues :\n- Jeudi 28 janvier à 19h30\n- Vendredi 29 janvier à 20h30

Ne rate plus un évènement près de chez toi,

Inscris-toi à la lettre WiKer !



©2020 Wiker - Tous droits réservés - CGV - Mentions légales