WiKer, le réseau qui bouge ton coin
Modes d'emploi
Le bèlè est étroitement lié à l’histoire de l’esclavage en Martinique et désigne un ensemble de chants, rythmes de tambour et suites de danses.

Krey‑La est une troupe d’amateurs de plusieurs générations engagés dans la valorisation de cette pratique appartenant au patrimoine culturel de l’île.

Le bèlè est un genre musical et dansé intimement lié à l’histoire de la Martinique. Cet ensemble de chants, rythmes de tambour et suites de danses puise ses racines dans le contexte du travail agricole et de l’esclavage : les chants, outre leur vocation à rythmer le travail, permettaient de raconter l’histoire de l’île, de la communauté, de relater avec ironie les différends entre colons, les déboires d’un camarade ou d’un contremaître. Le bèlè mêle des éléments introduits par les ancêtres africains aux quadrilles et contredanses européennes en vogue au début du XIXe siècle.

Cette pratique connaît un regain de vitalité depuis plusieurs décennies et attire de façon croissante la jeune génération. La performance naît du dialogue entre les danseurs et le joueur de tambour (tambouyé), qui permet d’enchaîner les danses selon une signification précise. Un chœur répond au chanteur tandis que les chorégraphies des danseurs suivent les rythmes du tambour.

Installée à Sainte-Marie, la Maison du Bèlè est aujourd’hui une référence pour la transmission et la valorisation de cette forme du patrimoine musical et chorégraphique de la Martinique. L’association est à l’initiative de la constitution de la troupe Krey-La qui regroupe des artistes amateurs mêlant plusieurs générations, engagés dans la sauvegarde de cet univers artistique dont ils prônent les valeurs de solidarité, à travers une pratique ancrée dans leur quotidien.