Modes d'emploi
Étoile montante du chant baroque, Léa Desandre suit les pas de son idole, Natalie Dessay
Avec l’ensemble Jupiter, constitué de jeunes solistes déjà bien établis, elle propose pour sa seconde apparition au Festival 2021, un récital autour des amazones. Ces figures androgynes, féminines et guerrières, déterminées et amoureuses, peuplent de nombreux opéras au début du XVIIIe siècle. Vivaldi est au programme d’une soirée pétillante où le timbre rond de Léa Desandre l’autorise à glisser de colères en folies, de harangues en déplorations.\r\n\r\n● Thomas Dunford, direction et luth\r\n\r\nAntonio Vivaldi (1678-1741)\r\n➜ Il Giustino, Acte I, scène 8 : « Vedro con mio diletto », RV 717\r\n➜ Juditha triumphans : « Armatae face et anguibus », RV 644\r\n➜ Concerto pour luth en do majeur, RV 82\r\n➜ Nisi Dominus, 4ème mouvement : « Cum dederit dilectis suis », RV 608\r\n➜ Juditha Triumphans : « Veni, veni me sequere fida », RV 644\r\n➜ Concerto pour luth en ré majeur, RV 93\r\n➜ Il Farnace : « Gelido in ogni vena », Acte II, RV 711\r\n➜ Ottone in Villa, Acte I : « Gelosia, tu già rendi l'alma mia », RV 729\r\n➜ Concerto pour violoncelle en sol mineur, RV 416\r\n➜ L’Olimpiade, Acte 1, scène 8 : « Mentre dormi, amor fomenti »\r\n➜ Griselda, Acte III : « Agitata da due venti »

Ne rate plus un évènement près de chez toi,

Inscris-toi à la lettre WiKer !



©2020 Wiker - Tous droits réservés - CGV - Mentions légales