Modes d'emploi
Rugby Club de Vannes « GWENED WAR RAOK ! », par Patrick Mahé

Rugby Club de Vannes

« GWENED WAR RAOK ! », 

par Patrick Mahé

C’était le 6 novembre 1950, à Vannes, sous la bénédiction de Saint Patern, l’un des sept saints fondateurs de Bretagne, point de départ de nombreux « Tro Breiz(h) ». Barde des quatre vents, Denez Prigent composa « An hentoù adkavet » (les chemins retrouvés) pour louer le pèlerinage médiéval ressuscité voilà trente ans.

image

Au pied de l’église multiséculaire, le quartier forme un tertre animé autour de la place Cabello - un rien libertine, naguère–surplombant un alignement de maisons à pans de bois.  Stationnés à Vannes en pleine guerre d’Indochine, les chasseurs parachutistes mouchetaient le ciel dans un ballet de corolles blanches au-dessus des landes de Meucon. Au retour de manœuvres à la dure, les Paras faisaient d’un resto rustique, rue du Roulage, le QG de leur bamboche.

C’est là, dans ce mini camp dit du « Gras d’Or » qu’est né le Rugby Club de Vannes entre deux « lambig ». Le club balbutie ses premiers essais au Poulfanc (littéralement « la mare de boue » en breton). Contre quelques sous, il loue un champ labouré au paysan du coin. Le maillot est alors rouge, comme le béret des Paras ; il symbolise aussi la couleur des armes de la ville, à l’hermine passante. Il est bleu, désormais, trop d’équipes jouant en rouge à l’époque.

Soixante-dix ans plus tard, le RCV célèbre ses noces de platine avec sa ville. Vannes/Gwened (#CommuneBreizh5sur5 #CollectivitéBreizh5sur5) claque en porte-drapeau de toute la Bretagne. Il est le seul club d’Armorique à honorer le statut professionnel, le Stade nantais et le RC Trignac, valeurs d’antan, ayant perdu de leur superbe. Partout, ses victoires font rayonner la Breizhtouch

A Vannes, on joue rugby et l’on parle breton.

Sous la mêlée, les ordres fusent en brezhoneg : « Engouestl » (engagement), « Nerzh » (puissance), « Kenstag » (cohésion), autant de maîtres mots à faire déjouer les piliers d’en face. On le parle. On le sonne, on le chante. Pas un match au stade de la Rabine (centenaire en 2020 !), un écrin de charme calé à deux pas du port, sans que retentissent cornemuses et bombardes des bagadoù. Le roulement des percussions rythme le pas des sonneurs. Mais, déjà, derrière la parade de nos « Melinerion »et des formations du pays vannetais, monte le « Bro Gozh Ma Zadou » (Vieux pays de nos Pères). L’ode bretonne est adaptée de l’hymne national du pays de Galles, terre cousine et celtique si proche Outre-Manche. Quand le public est là, 8.000 spectateurs (moyenne sur une saison normale) se lèvent et entonnent le chant souverain, souvent la main sur le coeur. Les paroles défilent autour du stade en lettres lumineuses. Lors du confinement hivernal, le refrain – interprété « a capella » – se levait au crépuscule, faisant vibrer la ville sous les premières étoiles.

Le reste est affaire d’engagement (Engouestl, donc), de fierté des couleurs et de valeurs BZH.

Tous les rivaux de « Pro D2 » - ou presque – se sont cassés les dents à La Rabine. Dans son jardin, le RCV défie et survole l’adversité la plus brave, empochant, en prime, de précieux points bonus, preuve que le jeu d’attaque paye. Le mot de la fin signe l’avenir : « Kendalc’homp get ar stourm ! » Autrement dit : Continuons le combat !

« War Raok ! » En avant !

image

Remise du Prix Bro Gozh Ma Zadou : David Robot, Lena Louarn et Olivier Cloarec

[Ndlr : En 2020, le RCV reçoit à Guérande la médaille de l’Institut Culturel de Bretagne pour leur action en faveur de la Bretagne]

————————————————————– 

Patrick Mahé

Écrivain, éditeur, a publié une soixantaine d'ouvrages. Ancien de France Soir et du Figaro, il dirige les numéros hors-série de Paris Match, dont il fut rédacteur en chef pendant seize ans. Il dirigea aussi Télé 7 jours, dix ans durant, ainsi que le magazine de cinéma Première. Conseiller municipal de la ville de Vannes (#CommuneBreih5sur5), délégué à son rayonnement international, c'est un fervent défenseur de la culture bretonne. [Président du Salon du Livr’ à Vannes].
Son dernier ouvrage, en librairie depuis le 28 novembre, vient de paraitre chez Gründ : Whisky Collector, Flacons d'exception 

————————————————————– 
Texte original : Le Patrimoine Breton / Glad Breizh, N°2, Printemps 2021

Cet article est publié ici dans le cadre du partenariat avec la revue “Le Patrimoine Breton / Glad Breizh” (#PartenaireBreizh5sur5).

Articles précédents :

————————————————————–

Cette actualité est rédigée par

Ne rate plus un évènement près de chez toi,

Inscris-toi à la lettre WiKer !



©2020 Wiker - Tous droits réservés - CGV - Mentions légales