Modes d'emploi
Ce lundi 11 mai, les établissements de santé ont repris progressivement les consultations et les opérations, hors coronavirus et urgence. Tout ce qu’il faut savoir sur la manière dont cela se passe au CHU de Nantes.

Le CHU de Nantes, comme la plupart des établissements de santé, a commencé à reprendre ses activités normales, ce lundi 11 mai, date du début du déconfinement.

Comment se fait la reprise des activités normales, au CHU ?

« Elle repose sur l’application rigoureuse, individuellement et collectivement, des trois mesures principales de la doctrine sanitaire : la distanciation sociale et physique, l’hygiène des mains régulières et le port de masque selon les bonnes pratiques », répond la direction du CHU.

Tous les patients pourront-ils revenir au CHU pour se faire soigner ?

Le CHU rappelle « l’importance de ne pas attendre pour se faire prendre en charge ». Cela dit, la télé consultation est recommandée autant que possible. « La programmation en présentiel (au CHU) se fait sur motifs médicaux fondés sur le risque de pertes de chance et en regard des possibilités d’accueil et de programmation dans les services. »

Des circuits spécifiques « charges virales forts ou faibles » ont été mis en place pour éviter que les patients se croisent. « Afin de limiter le risque infectieux, les équipes sont encouragées à diminuer la durée des hospitalisations en lien avec les professionnels de ville et de manière sécurisée. »

Comment se fait l’accueil des patients ?

À chaque entrée des sites du CHU, du personnel accueille et oriente les patients. On ne peut donc pas pénétrer librement à l’hôpital, comme cela était le cas avant l’épidémie.

Les pré-admissions par Internet ou téléphone sont encouragées. Ainsi, les patients pré-admis sont dirigés directement en consultation. Les autres doivent passer par les admissions pour les dossiers. Avec, dans ces salles, comme ailleurs, des mesures de précaution comme le lavage des mains après chaque utilisation de cartes ou outils partagés, des vitres en plexiglas pour les bureaux, etc.

Est-ce que les masques sont obligatoires pour les patients au CHU ?

Oui. Au sein des bâtiments hospitaliers, tout le monde porte un masque : patient, accompagnant ou professionnel. Ça paraît logique. Mais, rappelons qu’au début de l’épidémie, c’était loin d’être le cas.

Les patients seront-ils testés au coronavirus ?

Tout d’abord, en amont à toute entrée, via un échange téléphonique et un questionnaire, les signes évocateurs du Covid-19 sont recherchés. Cela permet d’orienter vers le circuit de prise en charge adapté.

Cela étant, des tests de recherche du virus (par PCR, prélèvement dans le nez) peuvent être réalisés pour les patients venant en hospitalisation. Mais ils ne sont pas systématiques. Ainsi, ils ne sont pas recommandés pour les patients venant en consultation ou en hospitalisation ambulatoire (soins à la journée), sauf évidemment en cas de suspicion de Covid-19.

Les visites sont-elles toujours interdites ?

Oui, Les visites sont toujours interdites, sauf exception (par exemple en pédiatrie, en néonatalogie, avec un seul parent à la fois ; ou encore pour les personnes en fin de vie). Autre illustration : en maternité, la présence du père est autorisée en salle de naissance uniquement.

Quelles sont les unités Covid maintenues ?

« Le CHU garde 95 lits de réanimation activés, destinés à la fois aux patients Covid et aux patients non Covid (24 lits de plus que les capacités habituelles). 22 lits supplémentaires peuvent être activés en moins de 48 heures », si une deuxième vague épidémique forte venait à surgir.

« Concernant les hospitalisations complètes, 158 lits sont ouverts au total pour la prise en charge des patients Covid et 91 lits de médecine aiguë. Ces capacités seront adaptées à la hausse ou à la baisse en fonction du volume de patients présents et de l’évolution de l’épidémie. »

Ne rate plus un évènement près de chez toi,

Inscris-toi à la lettre WiKer !



©2020 Wiker - Tous droits réservés - CGV - Mentions légales