WiKer, le réseau qui bouge ton coin
Modes d'emploi
"C'est un pari": malgré la guerre en Ukraine et l'envolée des prix du blé tendre, l'emblématique galette de blé noir bretonne résiste, aidée par une centaine de nouveaux producteurs mobilisés pour sauver la filière et produire du sarrazin.

Comme une centaine d'autres producteurs, Damien Hervé, agriculteur et patron de la ferme des Fraux à Pipriac (Ille-et-Vilaine) a répondu à un appel lancé par l'association qui coordonne la filière en Bretagne. Il s'est porté volontaire pour cultiver la fameuse "plante des 100 jours" qui doit son nom au temps nécessaire à sa maturation.

Négocié autour de 700 euros la tonne, le sarrasin, malgré ses nombreux atouts, peine pourtant à attirer les producteurs en Bretagne, où sa consommation atteint trois fois la moyenne nationale.