Modes d'emploi
Dès le 11 mai, la Loire-Atlantique devrait être en zone verte, avec certaines libertés retrouvées par les habitants. Mais attention : à condition que le virus ne se propage pas rapidement d’ici là.

Edouard Philippe a annoncé que les mesures sanitaires seraient plus strictes dans les départements où le virus circule encore activement. Ce n’est pas, à l’heure où nous écrivons ces lignes, le cas de la Loire-Atlantique, qui devrait être en zone verte. Selon toutes vraisemblances, les pars et jardins devraient donc rouvrir le lundi 11 mai, pour permettre aux habitants de se promener au moment du déconfinement.  En France, il y aura plus de zones vertes que de zone rouges , précise, d’ailleurs, Claude d’Harcourt, préfet de Loire-Atlantique. Il détaille :  Ce qui est proposé par le Premier ministre, c’est une architecture globale qui pose les grands principes et les soumet à la concertation. Il faut adapter le plan aux réalités locales, et nous sommes dans une approche par département, pas par région. 

Trois critères seront regardés de près pour classer les départements : le taux de cas nouveaux dans la population sur une période de sept jours ; les capacités hospitalières régionales en réanimation, et le degré de préparation du système local de tests et de détection des cas contacts. Sur ces trois points, la Loire-Atlantique n’est pour l’instant pas sous tension.  Mais ce régime de liberté reste sous la responsabilité des citoyens avec une notion de confiance , prévient le préfet. Donc, s’il y a de la relâche d’ici le 11 mai, le département peut vite re-basculer en zone rouge.

Un comité sur pied

Pour accompagner le déconfinement, le premier comité départemental opérationnel (Codop) se réunira ce jeudi 30 avril et sera chargé d’analyser ces critères et prendre des décisions en ce qui concerne l’école, la situation des précaires, l’avenir des plages, la fourniture de masques… Ce comité est composé du préfet, de la présidente du conseil régional, du président du conseil départemental, des maires de Nantes, Saint-Nazaire, Ancenis et Châteaubriant, ainsi que du directeur de l’Agence régionale de santé, du recteur et du président de l’Association des maires. En même temps, un comité avec les parlementaires est créé, afin de faire remonter des infos, et d’en obtenir. Une machine bien huilée, qui permettra de gérer le déconfinement de manière fine dans le département.

La mer reste inaccessible au moins jusqu’au 2 juin

Le sous-préfet de saint-Nazaire doit tenir une réunion audio, ce mercredi 29 avril, avec les maires du littoral, pour entendre les positions de chacun sur la date de réouverture des plages. Le Premier ministre y a partiellement répondu, en précisant que ce ne serait pas avant le 2 juin. Pour le maire de La Baule,  il serait bon de faire coïncider l’ouverture de la plage avec l’ouverture des établissements de plages comme les restaurants et les clubs, le 15 juin. C’est à cette date que l’on pourra compter sur les renforts saisonniers qui pourront faire appliquer les distanciations et les activités à proscrire sur la plage. Il faudra des renforts CRS sur la voie publique. Mais la date du 11 mai signifiait un risque de voir remonter la propagation du virus juste avant l’été et provoquer un reconfinement qui aurait anéanti toute la saison. 

Ne rate plus un évènement près de chez toi,

Inscris-toi à la lettre WiKer !



©2020 Wiker - Tous droits réservés - CGV - Mentions légales