WiKer, le réseau qui bouge ton coin
Modes d'emploi
Le nombre de locuteurs du breton était estimé à 1,1 million en 1902. On n’en compte plus que 200 000 aujourd’hui. L’historienne Rozenn Milin révèle dans sa thèse qu'elle vient de soutenir les raisons profondes qui ont conduit à ce bouleversement.

C’est un phénomène a priori incompréhensible : dans l’ouest de la Bretagne, une population entière a changé de langue en l’espace d’une ou deux générations. 

Or aucun peuple n’abandonne de gaîté de coeur sa langue naturelle. Il y faut un motif impérieux, sur lequel s’est penchée l’historienne Rozenn Milin dans une thèse qu’elle a soutenu à l’Université de Rennes 2 le 29 septembre

L’intégralité de l’article

Chronique de Michel Feltin-Palas parue sur le site lexpress.fr