Modes d'emploi
Occupant une position centrale entre Châteaubriant, Nantes et Saint-Nazaire, la forêt du Gâvre est le seul massif domanial de Loire-Atlantique. Tour d'horizon.

Dans son édition hebdomadaire du 2 novembre 2018, le journal L’Éclaireur consacre un dossier de trois pages à la forêt du Gâvre. Ce massif forestier est la seule forêt domaniale du département de Loire-Atlantique et représente un enjeu environnemental et socio-économique fort pour le territoire, rappelle le site de l’Office national des forêts, structure en charge de sa gestion.

Elle est tout à la fois un centre d’intérêt économique, naturel et touristique. Site d’exploitation sylvicole, terrain de chasse pour les uns, ou de cueillette pour les mycologues ; ou encore lieu chargé d’Histoire : ce sont les facettes de la forêt que nous vous invitons à découvrir au travers de ce dossier.

Mais tout d’abord, un peu d’Histoire…

Forêt immémoriale, elle appartenait dès le IXe siècle aux Comtes de Nantes avant de devenir à la fin du XIIe l’apanage du Duché de Bretagne. Par le mariage en 1491 d’Anne de Bretagne avec le roi Charles VIII, elle fut rattachée aux biens de la Couronne. Après la Révolution française, elle est incorporée au Domaine de l’État, et ce depuis 1791.

Des vestiges des deux guerres mondiales

L’histoire du massif est également intimement liée aux deux guerres mondiales qui ont traversé le XXe siècle. Un camp de prisonnier datant de la Première Guerre mondiale était localisé en forêt du Gâvre. Aujourd’hui il n’en reste plus trace hormis quelques archives précieuses. Puis durant la Seconde Guerre mondiale, des blockhaus et des tours de garde ont été implantés par les Allemands en forêt pour protéger leurs explosifs. Même si la végétation commence largement à reprendre ses droits, ces vestiges sont encore visibles.

Plusieurs autres sites en forêt et en lisière de forêt ont un grand intérêt régional et sont les témoins directs d’un passé qui n’a pas encore dit tous ses secrets, comme par exemple, la Fontaine de Pétaud qui selon la légende permettait d’identifier les femmes prêtes au mariage… Celles-ci laissaient tomber leurs épingles à cheveux au fond du puits et si l’eau se troublait, elles étaient « bonnes à marier ».

Des milliers de visiteurs chaque année au GâvreProche de la métropole nantaise et de bien d’autres centres urbains importants, la forêt du Gâvre accueille aujourd’hui des milliers de curieux et de promeneurs chaque année. Le faible taux de boisement du département de la Loire-Atlantique (8,1%) confère à la forêt du Gâvre un intérêt paysager majeur et un rôle social déterminant. L’ONF s’attèle, en partenariat avec les acteurs du territoire, à préserver durablement ce patrimoine.

Plusieurs arbres remarquables ont été recensés sur le massif. Le plus célèbre, le chêne Coué, matérialise la limite de la forêt.

La forêt du Gâvre dispose de nombreux sentiers de randonnée, d’aires de pique-nique, de sentiers de promenade, pédestre et équestre, de sentiers découverte, de kiosques et de nombreux panneaux d’information.

Un parcours de santé à réaliser

Le point d’accueil principal pour partir en balade est le Rond-point de la Belle Etoile. C’est à partir de ce point, notamment, que l’on trouve le parcours sportif, pour les promeneurs les plus courageux…

D’autres points d’intérêt sont à votre disposition pour démarrer différentes promenades : le Néricou, la Maillardais ou encore la Magdelaine. L’ancien Arboretum de la Magdelaine a été rénové. Un verger conservatoire y voit pas à pas le jour, avec 175 variétés d’arbres fruitiers. Ce nouvel aménagement a ouvert ses portes au grand public au printemps 2018.

Ne rate plus un évènement près de chez toi,

Inscris-toi à la lettre WiKer !



©2020 Wiker - Tous droits réservés - CGV - Mentions légales