WiKer, le réseau qui bouge ton coin
Modes d'emploi
Les défenseurs du Breton sont atterrés par l'annonce de l'ouverture de trois postes aux concours du second degré, de l'enseignement public et de l'enseignement sous contrat, pour les académies de Rennes et Nantes. Ils dénoncent une provocation de l'État.

Selon Kelennomp! l'association d'enseignants en langue bretonne, il faut remonter aux années 2008/2009 pour trouver un nombre aussi faible, alors que les besoins sont estimés à un minimum de 30 nouveaux enseignants à former par an pour atteindre les objectifs de la convention Etat-Région, rien que pour le second degré.