Modes d'emploi
Un enfant de 9 ans est mort samedi 9 mai en France des suites d'une maladie qui semble en lien avec le nouveau coronavirus. De quoi s'agit-il au juste ? On fait le point.

Il faut rester prudent, tant le sujet est sensible et tant les zones d’ombres restent nombreuses. Surtout après le décès d’un enfant de neuf ans, samedi 9 mai 2020, à Marseille. Le jeune garçon est mort des suites d’un syndrome dont les symptômes sont proches de ceux de la maladie de Kawasaki, une maladie inflammatoire rare qui touche les enfants. Il avait été en contact avec le coronavirus SARS-CoV-2 mais n’avait pas développé les symptômes de la maladie Covid-19.

Mais alors quel est donc ce mystérieux syndrome en lien avec l’épidémie de Covid-19 qui peut toucher les enfants, en France et ailleurs dans le monde ? On fait le point de ce que l’on sait.

De quoi on parle ? 

Dans son point épidémiologique hebdomadaire du 14 mai 2020, Santé Publique France évoque « l’émergence, en lien avec l’épidémie de COVID-19, d’un syndrome inflammatoire sévère chez l’enfant avec atteinte cardiaque, rare et paraissant actuellement en cours de régression ». 

Fin avril, un groupe de pédiatres avaient repéré que des enfants testés positifs au Covid-19 en Ile-de-France présentaient des symptômes faisant « penser à ceux de la maladie de Kawasaki, mais avec une note inflammatoire et myocardique beaucoup plus marquée ».

Depuis le 30 avril (et de manière rétrospective depuis le 1er mars 2020), les pédiatres hospitaliers sont invités à signaler chaque nouveau cas de ce « syndrome inflammatoire systémique atypique pédiatrique », qui pourrait être en lien avec le SARS-CoV-2.

La maladie de Kawasaki est une maladie touchant essentiellement les enfants de moins de 10 ans. Elle se caractérise par une fièvre supérieure à 39°C qui persiste pendant plus de 5 jours, une inflammation des artères, une conjonctivite, une éruption cutanée au niveau du tronc, des lèvres sèches et fissurées… Elle affecte les artères, particulièrement les artères coronaires, et peut entraîner un anévrisme, pouvant être mortel.

Qui ça concerne ? 

En France, au 12 mai 2020, 125 enfants ont été signalés, touchés par ce syndrome, selon les données de Santé Publique France. Cela concerne 67 filles (54% des cas). Selon les âges : 

  • 7 cas âgés de moins d’un an
  • 33 cas entre 1 et 4 ans
  • 41 cas entre 5 et 9 ans
  • 35 cas entre 10 et 14 ans
  • 9 cas supérieurs à 15 ans.

73 de ces enfants viennent d’Ile-de-France, 12 du Grand Est, 11 de Provence-Alpes-Côtes-d’Azur, 9 d’Auvergne-Rhône-Alpes. 5 sont localisés dans les Pays de la Loire, 4 en Normandie, 3 en Bourgogne-Franche-Comté et 3 en Nouvelle-Aquitaine, 2 dans les Hauts-de-France et un enfant en Centre-Val-de-Loire.

Santé Publique France précise :

Après un pic observé en semaine 17, le nombre de nouveaux cas signalés diminue de manière importante.

La crainte monte à propos de la maladie de Kawasaki qui touche les enfants.

125 enfants ont pour le moment été touchés par une maladie proche de la maladie de Kawasaki, en lien avec l’épidémie de Covid-19. (©Adobe/ Illustration)

Lire aussi : Vaccins anti-Covid-19 de l’Institut Pasteur : premiers résultats attendus en octobre

Quels sont les symptômes ?

Ce nouveau syndrome observé est une forme atypique de la maladie de Kawasaki. Parmi les critères, l’apparition de symptômes comme une forte fièvre, l’inflammation des vaisseaux sanguins et de plusieurs organes nécessitant une hospitalisation. Ils s’accompagnent d’une impossibilité d’établir un diagnostic ainsi que de l’exposition au Covid-19 ou la confirmation de la maladie chez le patient.

Pour 72 des 125 enfants touchés, l’inflammation s’est accompagnée d’une myocardite (inflammation du muscle cardiaque). Parmi eux, l’enfant de neuf ans décédé à Marseille, qui présentait en plus une « une comorbidité neuro-développementale ».

Pour 47 patients, l’inflammation s’est produite sans myocardite. Les résultats de 6 enfants manquent à l’étude et sont « en attente de classement ».

Pour 65 enfants, un séjour en réanimation a été nécessaire, et en unité de soins critiques pour 25 enfants. Les autres ont été hospitalisés en service de pédiatrie.

La maladie se manifesterait plusieurs semaines après que l’enfant a été infecté par le SARS-CoV-2, alors qu’il a développé des anticorps. Un délai moyen de 4 semaines a été observé par Santé Publique France.

Quel traitement ? 

En guise de traitement, « tous les enfants ont reçu le traitement habituel de la maladie de Kawasaki – des injections d’immunoglobulines par voie veineuse –  et tous ont répondu favorablement avec une amélioration rapide des signes cliniques et en particulier une récupération d’une bonne fonction cardiaque », souligne l’hôpital Necker-Enfants malades concernant les patients dont il a eu la charge.

L’établissement invite à consulter le médecin ou le service des urgences le plus proche si l’enfant a :

  • une forte fièvre, plus de 39/40°C, mal tolérée et/ou prolongée au-delà de 72 heures.
  • et des troubles digestifs (vomissements, diarrhée).

Y-a-t-il un lien avéré avec le nouveau coronavirus ? 

Sur les 125 enfants touchés par ce nouveau syndrome, 65 d’entre-eux étaient positifs au SARS-CoV-2 après tests PCR et/ou sérologiques. « Le lien au virus était probable chez 15 patients supplémentaires », précise Santé Publique France, pour qui les données recueillies « confirment l’émergence d’un syndrome inflammatoire systémique rare chez l’enfant avec fréquente atteinte cardiaque, lié à l’épidémie de COVID-19, également observée dans d’autres pays ».

D’autres cas ont en effet été repérés à l’étranger, notamment au Royaume-Uni fin avril. Aux Etats-Unis, une centaine de cas, dont au moins trois décès, ont été rapportés dans l’Etat de New York

Les autorités américaines ont émis jeudi 14 mai 2020 un avertissement à destination des professionnels de santé au sujet de cette maladie, baptisée outre-Atlantique « syndrome multi-inflammatoire chez les enfants (MIS-C) », ou encore « Kawasaki-like » outre-Manche.

Interrogé lors d’une audition devant la Commission des Affaires sociales du Sénat, fin avril, le Pr Jean-François Delfraissy, président du comité scientifique Covid-19, rappelait que « cet aspect pédiatrique Kawasaki illustre bien la complexité de ce virus (Sars-CoV-2), il faut être vraiment modeste sur le plan scientifique. Il faut qu’on attende, il y a encore un besoin de connaissance ».

Membre du comité scientifique, Arnaud Fontanet estimait lui que « cela devrait rester quelque chose de rare mais néanmoins préoccupant et qu’il faut le documenter, pour avoir une véritable appréciation de la fréquence de ce phénomène ».

De son côté, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a d’ores et déjà indiqué qu’elle s’était mise à l’étude du possible lien entre le nouveau coronavirus et cette maladie.

Pour éviter d’être infecté par le SARS-CoV-2, il convient aussi pour les enfants de respecter les gestes barrières et la distanciation physique. Le port du masque est à éviter pour les enfants de moins de trois ans.

Ne rate plus un évènement près de chez toi,

Inscris-toi à la lettre WiKer !



©2020 Wiker - Tous droits réservés - CGV - Mentions légales