Au nord de Nantes, une cloche insolite pourrait être inscrite aux Monuments historiques
Modes d'emploi
La cloche Victoire, à La Grigonnais (Loire-Atlantique) a la particularité d'être un "monument aux morts". Ce qui pourrait lui valoir une inscription aux Monuments historiques.

Des membres de la paroisse ont accueilli Laurent Delpire, Conservateur des antiquités et objets d’art de Loire-Atlantique en l’église St Victor de La Grigonnais (Loire-Atlantique). Une visite de « récolement », autrement dit de « vérification des objets d’art et de leur conformité » effectuée généralement tous les dix ans, et qui en l’occurrence concernait la cloche nommée Victoire.

« Cette cloche est originale, en tant que monument aux morts. Elle sera proposée à l’inscription aux Monuments historiques », souligne l’interlocuteur de la Drac (Direction régionale des affaires culturelles) qui a par ailleurs fait un tour d’horizon des lieux. Si l’édifice présente un aspect extérieur « modeste », l’ornement intérieur témoigne d’un « inventaire d’exception » comme il le qualifiera.

Une visite initiée par Christian Bouvet

Cette visite a été décidée en lien avec l’historien castelbriantais Christian Bouvet, intervenu notamment dans le clocher grigonnaisien en 2018 pour y découvrir la cloche Victoire, dans le cadre de ses recherches pour la réalisation de son livre sur la Grande Guerre.

M. Bouvet m’en a fait part et a attiré mon attention à ce sujet. J’ai donc constitué un dossier d’instruction en vue d’une protection de la cloche au titre des monuments historiques. Le dossier est en cours d’examen. Comme le récolement des objets de La Grigonnais n’avait pas été fait depuis longtemps, j’ai profité de l’occasion pour organiser celui-ci. Dans ce cas, je sollicite la commune propriétaire et le curé affectataire. »

Une cloche est habituellement un instrument destiné à signaler les heures, les offices, les événements de la vie paroissiale… Ici, la cloche Victoire fut spécialement dédiée aux « Soldats morts pour la France » de la guerre 1914-1918. Leurs noms sont inscrits dessus, d’où sont statut de « monument aux morts » acquis en 1920. Cette cloche, lors de son baptême, a eu droit à deux marraines : deux veuves de guerre, dont Augustine Josse, veuve de Jean-Marie Josse, mort le 25 septembre 1916 à Bouchavesnes.

La cloche Victoire avait été financée par une souscription

Financée par une souscription organisée par les paroissiens, elle appartient donc à la Paroisse. Mais considérant que c’est la commune qui assure l’entretien des cloches et que celle-ci est depuis le temps intégrée dans le patrimoine communal, on peut considérer qu’elle est propriété communale. À l’époque de la loi de Séparation de l’Église et de l’État en 1905, tous les objets de l’église à cette date sont considérés propriété de la commune, sauf preuve contraire. Mais tous les objets placés dans l’église après 1905 sont propriété du Diocèse. Ces objets et ces lieux sont « affectés » au culte. La commune ne peut en disposer librement. »

Comment se déroule l’étude du dossier d’inscription aux Monuments historiques ?

La commission plénière du Département, composée pour un tiers d’élus, un tiers de professionnels et un tiers de fonctionnaires, se réunit deux fois par an. Cinq objets sont proposés à l’inscription, mais pas forcément retenus. L’inscription est prise par arrêté préfectoral. Pour les objets d’intérêt national, il peut y avoir un vœu de classement aux Monuments historiques. Dans ce cas, l’objet sera examiné en commission nationale et, s’il est classé, ce sera par arrêté ministériel. »

 

 

Ne ratez plus un évènement près de chez vous

Inscrivez-vous à l'agenda de la semaine


©2020 Wiker - Tous droits réservés - CGV - Mentions légales