Modes d'emploi
Elle a été prise d’assaut, ce jeudi 21 mai 2020, par les vacanciers, sous le soleil du pont de l’Ascension. Sur le sable chaud, beaucoup n’ont pas hésité à faire bronzette, malgré l’interdiction et le risque d’amende.

« Ce n’est pas interdit la serviette de bain sur la plage ? », lance une passante sur le remblai. Devant elle, l’image est saisissante en ce jeudi de l’Ascension, sur la longue plage de La Baule (Loire-Atlantique). Depuis 14 h, elle est bondée, sous un chaud soleil. Il fait entre 26 et 27 degrés. C’est marée montante. Les serviettes sont étendues sur le sable. Certains, plus rares, ont même osé déplier le grand parasol aux motifs fleuris.

« Un effet de masse », disent la plupart, pour se justifier de leur acte, passible d’une amende de 135 €. « Oui je sais que je n’ai pas le droit », lance l’adolescent, les cheveux encore mouillés. « Mais cette règle est presque injuste. Regardez les gens sur le remblai ! Eux sont assis, comme nous, mais ne risquent rien. »

Des mots partagés par beaucoup. Les « bronzés » calculent à vue d’œil, ils pensent respecter les distances barrières. « Autour de moi, ce sont les serviettes de mes proches », justifie Stéphanie, la maman nantaise qui surveille les enfants dans l’eau.

« Écœuré »

L’image de cette bronzette statique divise forcément sur le front de mer de la station balnéaire. « Je ne comprends pas ces gens. C’est quand même plus agréable de marcher dans l’eau fraîche », estime u ne famille rennaise, venue profiter du charme de la baie de neuf kilomètres… après avoir elle-même légèrement outrepassé la limite des 100 kilomètres…

« Je suis écœuré par ce non-civisme », lance Gildas en enfilant sa combinaison. Il arrive de Nantes avec ses enfants, pour une séance de paddle. « Ma femme, qui ne fait pas de sport nautique, est restée dans notre appartement. » Le père de famille craint une fermeture de la plage dans les jours à venir.

Un sentiment partagé par Alain, qui vient de croiser Annick et Jean-Yves, ses amis. Les trois résidents baulois, surpris par l’ampleur de la situation, observent ensemble la plage. Ils en débattent : « Mais où est donc la police ? C’est maintenant qu’il faut verbaliser ! » Pour ces retraités, les rares à être masqués ce jour, aucun doute : des sanctions vont tomber dans les jours à venir. « Nous allons probablement être privés d’un lieu incroyable à cause de ces comportements irrespectueux, c’est décevant. »

Ne rate plus un évènement près de chez toi,

Inscris-toi à la lettre WiKer !



©2020 Wiker - Tous droits réservés - CGV - Mentions légales